Info

Le Repaire des Immortels

Nul ne peut dire à quand remonte la vieille maison de thé.
Les plus anciens affirment que leurs aïeux l’ignoraient aussi,
Une légende tenace colporte qu’elle fut repaire d’Immortels.
On dit qu’ils s’invitaient au milieu de la foule,
Où presque rien ne les distinguait des buveurs bavards.
Seuls les habitués les repéraient à quelque insolite détail,
Gestes aériens, envolées de brocards, regards occultés,
Effluves parfumées, rires cristallins aux singuliers échos.
Et pas un qui ne passait la porte, dans un sens ou dans l’autre.

On dit maintenant que parfois, dans le silence des heures mortes,
Les lieux bruissent encore d’une étrange rumeur,
Que des voix puissantes déchirent l’épaisseur de la nuit.
On dit aussi que dans l’afflux bleuté des opprimés,
Des âmes sont réconfortées par de curieux chuchotements,
Que de merveilleuses fragrances investissent soudain les banquets.
On dit enfin que d’aucuns découvrent parmi sciure et crachats,
Des perles d’un jade des plus convoités.
Pourquoi ces larmes abandonnées ici-bas?
Sylvain Labeste, Pluie d'émeraudes, 2016 Collection de Poésies.

Download
Filename
Le Repaire des Immortels
Copyright
Sylvain Labeste
Image Size
6432x3964 / 73.0MB
Contained in galleries
MAO & CO, UN HIVER EN CHINE MAOƏSTE
Nul ne peut dire à quand remonte la vieille maison de thé.<br />
Les plus anciens affirment que leurs aïeux l’ignoraient aussi,<br />
Une légende tenace colporte qu’elle fut repaire d’Immortels.<br />
On dit qu’ils s’invitaient au milieu de la foule,<br />
Où presque rien ne les distinguait des buveurs bavards.<br />
Seuls les habitués les repéraient à quelque insolite détail,<br />
Gestes aériens, envolées de brocards, regards occultés,<br />
Effluves parfumées, rires cristallins aux singuliers échos.<br />
Et pas un qui ne passait la porte, dans un sens ou dans l’autre.<br />
<br />
On dit maintenant que parfois, dans le silence des heures mortes,<br />
Les lieux bruissent encore d’une étrange rumeur,<br />
Que des voix puissantes déchirent l’épaisseur de la nuit.<br />
On dit aussi que dans l’afflux bleuté des opprimés,<br />
Des âmes sont réconfortées par de curieux chuchotements,<br />
Que de merveilleuses fragrances investissent soudain les banquets.<br />
On dit enfin que d’aucuns découvrent parmi sciure et crachats,<br />
Des perles d’un jade des plus convoités.<br />
Pourquoi ces larmes abandonnées ici-bas?<br />
Sylvain Labeste, Pluie d'émeraudes, 2016 Collection de Poésies.